/// La boîte aux lettres d’Antonio Machado ///

Il y a de l’émerveillement toujours, de l’ardeur et de la tendresse dans les essais radiophoniques de Sophie Nauleau, écrivaine et productrice que j’aime tant. Elle triomphe de la parole, reconquiert des territoires oubliés, escortes les étoiles, donne a écouter des éclats de vie. Elle raconte ses rencontres, – des gens, des livres, des œuvres, des absents, des lumières…- qui touchent et font grandir. Il y a de curieuse résonance qui s’instaure avec ses Ateliers de la création et ses rendez-vous poètiques. On prélève une phrase qu’on pose sur son cœur, comme de petits cailloux blancs, et qui conduisent au plus près de soi…Qui disait : « On n’a jamais bien vu le monde si l’on n’a pas rêvé ce que l’on voyait » ?

Son dernier voyage à Collioure – au pays catalan des peintres fauves, des pêcheurs, des bleus intenses de la mer et du ciel, des voiles, de la tramontane, du vin et des exilés – nous emporte sur la tombe du poète Antonio Machado, où une boîte aux lettres est scellée, et « qui ne ne cesse de recevoir des offrandes, des fleurs, des signes, des billets doux ou des missives révoltées, et surtout du courrier, plus de 70 ans après sa mort. Une boîte aux lettres qui donne un souffle neuf à l’au-delà.Un sens inespéré au cimetière. Une foi épistolaire. Telle une main tendue entre deux mondes, la boîte aux lettres d’Antonio Machado réconcilie le post mortem et l’ici-bas. »

A réecouter sur France Culture: L’atelier de la création:  “La boîte aux lettres d’Antonio Machado” & les autres petits bijoux de Sophie : “Jumping au grand Palais” , “Le facteur cheval: que celui qui n’a jamais rêvé lui jette la première pierre… », le superbe “Escalader la nuit”

& son rendez-vous poètique hebdomadaire sur France Culture “ça Rime à quoi”, le dimanche en multidiffusion à 20h.