Expéditions

Au Tibet interdit

Sur les pas d'Alexandra David-Neel

Priscilla Telmon — Carte du Tibet par Simon Allix

© Simon Allix

Par-dessus les jungles du Vietnam, le long du fleuve Rouge, sur les flancs montagneux de la vallée du Kham, dans la plaine de Lhassa, sur les rives du Bramahpoutre, au fond des canyons du Sikkim, par les oasis du Bengale, Priscilla progresse pendant six mois, au rythme lent de la marche. Cinq mille kilomètres, arrachés aux pistes pour rejoindre les rivages sacrés du Gange et toucher au ressac du Golfe du Bengale.
C’est un double voyage qu’elle accomplit. L’un à pied qui trace dans la poussière des pistes le sillage de son itinéraire. L’autre, à travers les textes de l’exploratrice Alexandra David-Néel, qui consacra sa vie à cette région du monde. Ainsi, en la lisant, Priscilla décryptait dans les plis du terrain, et dans les scènes quotidiennes, les signes de l’évolution et les changements historiques.

Le voyage d’une Parisienne à Lhassa

En Octobre 1923, l’exploratrice française Alexandra David-Néel se met en route au cœur de l’hiver himalayen, accompagnée par son fils adoptif le jeune lama Aphur Yongden. Elle a 56 ans et se lance dans l’une des plus épiques expéditions de l’histoire. Sous l’apparence d’une mendiante tibétaine, elle entame un voyage clandestin à travers les régions mal connues, voire inexplorées du Tibet oriental. 8 mois plus tard, après avoir parcouru 2000 kilomètres à pied, ils atteignent la capitale interdite du Tibet inconnu, y séjournent clandestinement avant de rejoindre Calcutta par le Sikkim.

 

Au Tibet Interdit

ll y a plus 8o ans, Alexandra David-Néel quittait le monastère de Tsendrong accompagnée du jeune lama Aphur Yongden pour rallier la ville de Lhassa à travers le Tibet. Elle entame une expédition clandestine à travers les régions mal connues, voire inexplorées du Tibet oriental. Surmontant le froid, la faim, l’épuisement, les deux voyageurs atteignent la capitale interdite, y séjournent incognito avant de rejoindre l’Inde, exténués mais saufs. Leur épopée les range parmi les plus grands explorateurs de l’histoire. Qu’on y songe ! À 56 ans, l’exploratrice a parcouru plus de 2000 kilomètres dans les plus âpres conditions climatiques et géographiques au cœur de l’hiver himalayen pour atteindre la cité interdite. La presse internationale annonce bientôt son incroyable exploit ; elle est la première Occidentale à avoir pénétré Lhassa, ayant connu le succès là où nombre d’explorateurs avaient échoué. Les aventures qui jalonnent son périple font l’objet du livre le plus célèbre d’Alexandra : Voyage d’une Parisienne à Lhassa publié à Paris en 1927, deux ans après son retour en France.

Priscilla Telmon, part à pied et en solitaire, dans  l’esprit  de cette fantastique aventure. Des jungles foisonnantes du Vietnam aux vallées interdites du Yunnan, peuplées d’ethnies les plus rares et les moins connues de la planète, des versants d’altitude de l’Himalaya aux monastères de Lhassa, des régions disputées du Sikkim à la capitale surpeuplée du Bengale, Calcutta. 6 mois de marche, 5000 kilomètres d’aventure, d’engagement, de découverte et de cheminement intérieur pour renouer avec le souffle, l’esprit et le défi des grandes expéditions passées et mesurer ce que du tibet d’aujourd’hui ressemble au pays des neiges qu’Alexandra a connu.

L’Himalaya

Terre des mythes, berceaux des origines, espaces de conquêtes, régions de tous les commerces, terrains d’aventures dont l’exploration ne s’est achevée qu’après celle du pôle, l’Himalaya, située au carrefour des mondes mongols, chinois et indiens reste une région de mystère et de spiritualité. Outre que son accès est physiquement difficile : l’Himalaya est défendu de tous côtés par les barrières montagneuses, l’Himalaya a été soumis, pendant des décennies – et encore aujourd’hui pour sa partie chinoise – à des influences et des intérêts qui en ont fermé les portes.

Tibet : histoire d’un peuple oublié…

Accroché aux flancs de l’Himalaya, le Tibet vit l’occupation chinoise depuis 1959. Outre les régions du Û-Tsang et des Changthang, qui délimitent les frontières actuelles du Tibet politique (appelé région autonome par le gouvernement chinois), le royaume historique et ethnique comprenait également les provinces de l’Amdo au nord-est, du Kham au sud-est, désormais intégrées aux provinces chinoises du Quinghai, Sichuan et Yunnan où réside une population de 6 millions de Tibétains pour une superficie estimée à 6 fois celle de la France.

Après le soulèvement du peuple tibétain à Lhassa, le 10 mars 1959, sa Sainteté le Dalaï-Lama, chef spirituel et temporel du Tibet, fut contraint de se réfugier en Inde, suivi de 80 000 de ses compatriotes. Le « rouleau compresseur chinois » fut responsable de la mort de 1,2 million de Tibétains et de la destruction d’environ 6000 temples et monastères, symboles de la culture bouddhiste sur le  » Toit du monde « .
La culture moribonde au Tibet survit désormais en exil grâce à la persévérance et à la détermination de Sa Sainteté le Dalaï-Lama et des membres de son gouvernement réfugiés depuis 1959, à Dharamsala, au nord de l’Inde. Les conditions de vie précaires et le climat insalubre de l’Inde provoquèrent un grand nombre de victimes parmi les réfugiés, laissant derrière eux des milliers d’orphelins. Plaçant tous ses espoirs dans ses enfants, la communauté tibétaine, grâce au soutien du gouvernement indien et aux fonds envoyés par divers organismes humanitaires occidentaux, réussit à construire des écoles et à former des professeurs afin de dispenser aux jeunes une éducation à la fois traditionnelle et moderne.

Alexandra David-Néel : une vie de voyages

Cette longue vie, Alexandra David-Néel (1868-1969) l’a tout entière consacrée à l’exploration et à l’étude, ses deux grandes passions qui, dans sa petite enfance, ont fait d’elle une enfant terrible, dans son adolescence une contestataire, dans sa jeunesse une anarchiste, et dans sa vieillesse un des « penseurs libres » les plus anti-conformistes du XXe siècle. Cantatrice, écrivain, aventurière, cette femme peu ordinaire sillonna pendant plus de trente cinq ans l’Europe, l’Afrique du Nord et surtout l’Asie. Elle fut la première Européenne à rentrer à Lhassa, en 1924, au terme d’un voyage prodigieux le long des pistes du Yunnan et du Tibet qu’elle parcourut déguisée en mendiante, accompagnée de son fils adoptif le moine Aphur Yongden. Attirée par les philosophies orientales, elle explora les secrets de l’ésotérisme tibétain, se convertit au bouddhisme et réalisa sa vocation : devenir exploratrice du monde et des êtres.

Pour découvrir le voyage de Priscilla : bande annonce du film Voyage au Tibet Interdit

Voyage au Tibet Interdit - Priscilla Telmon
Voyage au Tibet Interdit - Priscilla Telmon
Voyage au Tibet Interdit - Priscilla Telmon
Voyage au Tibet Interdit - Priscilla Telmon
Voyage au Tibet Interdit - Priscilla Telmon
Voyage au Tibet Interdit - Priscilla Telmon
Voyage au Tibet Interdit - Priscilla Telmon
Voyage au Tibet Interdit - Priscilla Telmon
Voyage au Tibet Interdit - Priscilla Telmon
Voyage au Tibet Interdit - Priscilla Telmon
Voyage au Tibet Interdit - Priscilla Telmon
Voyage au Tibet Interdit - Priscilla Telmon
Voyage au Tibet Interdit - Priscilla Telmon
Voyage au Tibet Interdit - Priscilla Telmon
Voyage au Tibet Interdit - Priscilla Telmon
Voyage au Tibet Interdit - Priscilla Telmon
Voyage au Tibet Interdit - Priscilla Telmon
Voyage au Tibet Interdit - Priscilla Telmon
Voyage au Tibet Interdit - Priscilla Telmon
Voyage au Tibet Interdit - Priscilla Telmon
Voyage au Tibet Interdit - Priscilla Telmon
Voyage au Tibet Interdit - Priscilla Telmon
Voyage au Tibet Interdit - Priscilla Telmon
Voyage au Tibet Interdit - Priscilla Telmon
Voyage au Tibet Interdit - Priscilla Telmon
Voyage au Tibet Interdit - Priscilla Telmon
Voyage au Tibet Interdit - Priscilla Telmon
Voyage au Tibet Interdit - Priscilla Telmon
Voyage au Tibet Interdit - Priscilla Telmon
Voyage au Tibet Interdit - Priscilla Telmon
Voyage au Tibet Interdit - Priscilla Telmon
Voyage au Tibet Interdit - Priscilla Telmon
Voyage au Tibet Interdit - Priscilla Telmon
Voyage au Tibet Interdit ©Pierre Perrin
Voyage au Tibet Interdit ©Pierre Perrin
Voyage au Tibet Interdit ©Pierre Perrin
Voyage au Tibet Interdit ©Pierre Perrin
Voyage au Tibet Interdit ©Pierre Perrin
Voyage au Tibet Interdit ©Pierre Perrin
Voyage au Tibet Interdit ©Pierre Perrin
Voyage au Tibet Interdit ©Pierre Perrin
Voyage au Tibet Interdit ©Pierre Perrin
Voyage au Tibet Interdit ©Pierre Perrin
Voyage au Tibet Interdit ©Pierre Perrin
Voyage au Tibet Interdit ©Pierre Perrin
Voyage au Tibet Interdit ©Pierre Perrin
Voyage au Tibet Interdit ©Pierre Perrin
Voyage au Tibet Interdit ©Pierre Perrin
Voyage au Tibet Interdit ©Pierre Perrin
Voyage au Tibet Interdit ©Pierre Perrin
Voyage au Tibet Interdit ©Pierre Perrin
Voyage au Tibet Interdit ©Pierre Perrin
Voyage au Tibet Interdit ©Pierre Perrin
Voyage au Tibet Interdit ©Pierre Perrin
Voyage au Tibet Interdit ©Pierre Perrin
Voyage au Tibet Interdit ©Pierre Perrin
Voyage au Tibet Interdit ©Pierre Perrin
Voyage au Tibet Interdit ©Pierre Perrin
Voyage au Tibet Interdit ©Pierre Perrin
Voyage au Tibet Interdit ©Pierre Perrin
Voyage au Tibet Interdit ©Pierre Perrin
Voyage au Tibet Interdit ©Pierre Perrin
Voyage au Tibet Interdit ©Pierre Perrin
Voyage au Tibet Interdit ©Pierre Perrin
Voyage au Tibet Interdit ©Pierre Perrin
Voyage au Tibet Interdit ©Pierre Perrin

Voyage au Tibet Interdit - Priscilla Telmon

Voyage au Tibet Interdit - Priscilla Telmon

Voyage au Tibet Interdit - Priscilla Telmon

Voyage au Tibet Interdit - Priscilla Telmon

Voyage au Tibet Interdit - Priscilla Telmon

Voyage au Tibet Interdit - Priscilla Telmon

Voyage au Tibet Interdit - Priscilla Telmon

Voyage au Tibet Interdit - Priscilla Telmon

Voyage au Tibet Interdit - Priscilla Telmon

Voyage au Tibet Interdit - Priscilla Telmon

Voyage au Tibet Interdit - Priscilla Telmon

Voyage au Tibet Interdit - Priscilla Telmon

Voyage au Tibet Interdit - Priscilla Telmon

Voyage au Tibet Interdit - Priscilla Telmon

Voyage au Tibet Interdit - Priscilla Telmon

Voyage au Tibet Interdit - Priscilla Telmon

Voyage au Tibet Interdit - Priscilla Telmon

Voyage au Tibet Interdit - Priscilla Telmon

Voyage au Tibet Interdit - Priscilla Telmon

Voyage au Tibet Interdit - Priscilla Telmon

Voyage au Tibet Interdit - Priscilla Telmon

Voyage au Tibet Interdit - Priscilla Telmon

Voyage au Tibet Interdit - Priscilla Telmon

Voyage au Tibet Interdit - Priscilla Telmon

Voyage au Tibet Interdit - Priscilla Telmon

Voyage au Tibet Interdit - Priscilla Telmon

Voyage au Tibet Interdit - Priscilla Telmon

Voyage au Tibet Interdit - Priscilla Telmon

Voyage au Tibet Interdit - Priscilla Telmon

Voyage au Tibet Interdit - Priscilla Telmon

Voyage au Tibet Interdit - Priscilla Telmon

Voyage au Tibet Interdit - Priscilla Telmon

Voyage au Tibet Interdit - Priscilla Telmon

Voyage au Tibet Interdit ©Pierre Perrin

Voyage au Tibet Interdit ©Pierre Perrin

Voyage au Tibet Interdit ©Pierre Perrin

Voyage au Tibet Interdit ©Pierre Perrin

Voyage au Tibet Interdit ©Pierre Perrin

Voyage au Tibet Interdit ©Pierre Perrin

Voyage au Tibet Interdit ©Pierre Perrin

Voyage au Tibet Interdit ©Pierre Perrin

Voyage au Tibet Interdit ©Pierre Perrin

Voyage au Tibet Interdit ©Pierre Perrin

Voyage au Tibet Interdit ©Pierre Perrin

Voyage au Tibet Interdit ©Pierre Perrin

Voyage au Tibet Interdit ©Pierre Perrin

Voyage au Tibet Interdit ©Pierre Perrin

Voyage au Tibet Interdit ©Pierre Perrin

Voyage au Tibet Interdit ©Pierre Perrin

Voyage au Tibet Interdit ©Pierre Perrin

Voyage au Tibet Interdit ©Pierre Perrin

Voyage au Tibet Interdit ©Pierre Perrin

Voyage au Tibet Interdit ©Pierre Perrin

Voyage au Tibet Interdit ©Pierre Perrin

Voyage au Tibet Interdit ©Pierre Perrin

Voyage au Tibet Interdit ©Pierre Perrin

Voyage au Tibet Interdit ©Pierre Perrin

Voyage au Tibet Interdit ©Pierre Perrin

Voyage au Tibet Interdit ©Pierre Perrin

Voyage au Tibet Interdit ©Pierre Perrin

Voyage au Tibet Interdit ©Pierre Perrin

Voyage au Tibet Interdit ©Pierre Perrin

Voyage au Tibet Interdit ©Pierre Perrin

Voyage au Tibet Interdit ©Pierre Perrin

Voyage au Tibet Interdit ©Pierre Perrin

Voyage au Tibet Interdit ©Pierre Perrin